Connexion

Récupérer mon mot de passe


Pendant ce temps, la campagne électorale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pendant ce temps, la campagne électorale...

Message par Louis de Freshville le 21/6/2007, 9:14 pm

Ce matin, le Chancelier, en campagne pour sa réelection, se rendait dans une école des quartiers sud de la capitale, dont les habitants avaient élus le seul Député Unioniste de toute la province Impériale.

"De toutes les perspectives exigeantes qu’ouvre ce second mandat, je retiendrai ici celles qui sont à mes yeux essentielles et que je porterai avec mes mots et mes convictions :

Pour l’école : l’égalité réelle, c’est de tenir pour tous ses élèves la promesse de réussite. C’est une offre scolaire de qualité sur tout le territoire, c’est le refus que la ségrégation scolaire redouble la ségrégation spatiale et urbaine. C’est lun service public de la petite enfance, la lutte contre le décrochage scolaire, des moyens renforcés pour ceux qui en ont le plus besoin, l’augmentation de la présence adulte dans les établissements. Car il faut de la discipline ; qu'apprends-t-on sans discipline ? Nos élèves doivent être partout admirés, érigés au rang de modèles. Je crois qu'il faudrait que le fait de dire "Je suis Edoranais" soit synonime de celui de dire "Je suis cultivé." Les cours de morale, là ou ils ne sont pas encore mis en oeuvre, doivent l'être mis. Nos petits enfants doivent apprendre ici l'amour de la Patrie, l'amour de l'Empereur. Nous ne devons pas en faire des déçus, nous ne devons pas en faire des révolutionnaires. Car c'est cette sorte de gens qui après, décide de lutter contre la liberté, de lutter contre ces concitoyens et de les tuer. C'est cette sorte de gens qui se reconnaît dans les idées dangereuses et terroristes du MRA !

L'Empire doit aimer tous ses enfants, d’où qu’ils viennent, où qu’ils aient grandi, dans la diversité de leurs talents. Les jeunes sont notre avenir, et je ne me résignerai jamais à regarder un enfant ou un adolescent, quoi qu’il ait fait, comme perdu à jamais. Il nous revient, à nous adultes, de leur rendre confiance lorsqu’ils la perdent, de les remettre sur le chemin lorsqu’ils dévissent. Fermement, et affectueusement."

Le Prince de Freshville fut vigoureusement applaudi, et embrassa les enfants qui s'approchaient pour mieux voir ou même tenter de toucher le chef du Gouvernement, à n'en pas douter l'une des icônes de ce monde, et déja une légende de la politique Edoranaise. Après une demi-heure de ce petit bain de foule improvisé, le Chancelier sortit de l'école et fut aussitôt assailli par une marée de journalistes qui devait attendre depuis le début du discours ce bref moment aucours duquel ils allaient pouvoir poser des questions au candidat et peut-être pouvoir dénicher un scoop, une petite phrase, qui assurerait une très bonne vente de leurs papiers le lendemain. Alexandre-François, lui, sourait aux objectifs des appareils photos, tout en se préparant à répondre à la première vague de questions qui allait arriver.

- Altesse ! Une question pour le Chigaro
- Votre Altesse ! Un mot pour les lecteurs de Libération !
- Prince ! Pour le Micromonde !
- Chancelier ! le Journal du Dimanche !
- Votre Altesse, votre rival a particulièrement vanté son bilan en matière de sécurité, et vous a accusé à demi-mots d'être le responsable de la situation d'insécurité actuelle.

Tiens, enfin une véritable question, pensa le Chancelier, qui se tourna vers l'heureux journaliste

- Monsieur, ce que le Duc de Clermont oublie, c'est que lorsqu'il était Chancelier, c'est moi qui était le Ministre de l'Intérieur, et c'est moi qui ai lutté contre la criminalité. Ce bon temps dont il se targue d'être le responsable, il n'était pas de son fait, mais du mien, et je trouve cette exploitation presque sauvage de mon bilan déplacée, voire insultante pour les électeurs du Saint-Empire, qu'il a tenté ainsi de tromper ! Il joue son va-tout sur la critique, mais moi, ce que je propose, c'est de continuer à être le Chancelier de ce qui marche. Si le pays se porte bien, aujourd'hui, ce n'est pas venu par miracle. J'étais Ministre de l'Intérieur, j'ai fait la sécurité de l'Empire. Ministre des Finances, j'ai établi un début de législation dans le domaine de l'économie et des Finances. Et aujourd'hui, mon gouvernement n'est pas resté inactif. Nous avons pris de vigoureuses mesures de sécurité, et si l'on voit les attentats qui réussissent, l'on ne voit pas ceux qui échouent ! Et ils ont été nombreux à échouer, croyez-moi. Nombreux à être déjoués par la Police Impériale ! Et c'est heureux ! Je peux aussi me targuer d'avoir pour la première fois défini ce qué'tait la nationalité Edoranaise, même si certains points de la Loi sont encore en discussion à l'Assemblée des Députés, d'avoir réglé la question de l'indemnité des députés et d'ainsi avoir favorisé leur présence et leur activité, toujours à l'Assemblée, et également d'avoir pour la première fois publié l'un des grands indicateurs économiques impérial. C'est donc avec un bilan globalement très positif que je me présente à nouveau aux suffrages de mes chers compatriotes, les citoyens Edoranais, je suis fier de pouvoir le dire !

_________________
Louis-Gabriel de Corvin Bouan de Malenfort de Clermont

Prince de Freshville & Pair
Marquis de Chantrezac
avatar
Louis de Freshville
Beau Parleur

Nombre de messages : 1006
Age : 125
Date d'inscription : 26/02/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum