Connexion

Récupérer mon mot de passe


Le 17 août, la libération !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le 17 août, la libération !

Message par Louis de Freshville le 17/8/2008, 6:00 pm

Le bruit sourd et rythmé du pas martial de la troupe légitimiste avait atteint Allancia aux premières lueurs de l'aube ce beau dimanche de l'été Edoranais, 17 août promettant d'être magnifique. Des crieurs dépêchés par le prince de Freshville avaient annoncés la bonne nouvelle dès sept heures aux citoyens les plus matinaux, et la rumeur s'était répandue comme une traînée de poudre, saluée de rires joyeux, d'embrassades, d'ébats passionnés, de coups de feu en l'air. On allait être libre le soir même ! A la demande des agents légitimistes, on se rassembla sur la place de l'Entente dès neuf heures, et à dix heures, les citoyens Edoranais convergeant par milliers vers le point de rendez-vous, ce furent un millions d'Edoranais qui manifestaient sur la place et dans les avenues alentour, elles aussi noires de monde. La garde impériale, envoyée par le Commandeur Alfred-Auguste de Traceau pour réprimer le mouvement populaire, préféra se joindre aux joyeux contestataires plutôt que de tirer sur eux tandis que les officiers avaient tous et collectivement refusés de donner l'ordre à leurs sous-officiers de faire tirer sur la foule. Les meneurs légitimistes mirent alors en branle l'immense cortège et l'on se dirigea dans la joie et la bonne humeur vers le Palais de la Réunification. Ce n'est que parvenus devant ses grilles que les manifestants s'arrêtèrent sur consigne de leurs meneurs, car il ne fallait pas saccager le magnifique palais impérial, pour scander des slogans tels que : "Vive Freshville, vive le Régent, vive l'Empereur !" ou "Vive l'Empire ! Longue vie aux Esse, aux Lachenaye et à Philibert Carnavon !".

A onze heures, le Prince de Freshville faisait une entrée triomphale dans la ville dont le peuple entier était désormais descendu dans les rues : plusieurs millions de citoyens étaient là, rassemblés sur les grands boulevards, qui acclamaient le Chancelier venu mettre fin à l'infâmie Alfred-Augustine !

A midi, on l'acclamait place de l'Entente, à la tête d'un détachement de Dragons Impériaux, et suivi des chasseurs noirs de Chiron et entouré des plus grands généraux du camp légitimiste : on y voyait les Castro-Pombals, le comte de Lachenaye, Philibert Carnavon et d'autres grands hommes qui avaient su inscrire leur nom dans l'histoire de la nation.

A treize heures, parvenu devant le Palais Impérial, il désigna un émissaire pour exiger la reddition immédiate et sans condition du Commandeur Alfred-Auguste. Celui-ci refusant, on fit défoncer les grilles du Palais, et les dragons impériaux se précipitèrent pour l'envahir.

A quatorze heures, le palais était entièrement sous contrôle, et le domaine impérial sécurisé. L'Empereur avait souri en apprenant la nouvelle de la victoire du prince de Freshville, du désormais à nouveau duc d'Esse, du Comte de Lachenaye, de Philibert Carnavon et plus globalement des troupes légitimistes. Alfred-Auguste, prisonnier, fût amené devant le prince dans la grande salle du Palais, et il y signa sa capitulation. Dernier honneur rendu à l'ennemi par Freshville que de le considérer comme un véritable dignitaire plutôt que comme un vulgaire hors-la loi. Un décret paru bientôt, signé de la main de l'Empereur et cosigné de celle du Régent, qui rétablissait la constitution et le prince de Freshville dans ses fonctions de Chancelier du Saint-Empire.

A quinze heures, on pouvait le dire, l'Empire légitime était de nouveau debout.

_________________
Louis-Gabriel de Corvin Bouan de Malenfort de Clermont

Prince de Freshville & Pair
Marquis de Chantrezac
avatar
Louis de Freshville
Beau Parleur

Nombre de messages : 1006
Age : 125
Date d'inscription : 26/02/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le 17 août, la libération !

Message par Philibert Carnavon le 19/8/2008, 5:37 pm

jamais leur confiance n'avait défailli, même aux instants les plus noirs et les plus tragiques de cette dictature infâme.
Edoran renaissait, plus grand et plus fort que jamais

_________________
Philbert Carnavon, Prince de Saint-Junien, Duc de Krönstatd, Comte de Sancé

Pair d'Empire et député de Bordeleau
Maréchal de l'Ordre Impérial de l'Aigle d'Argent
Grand-Croix de l'Ordre national du Mérite Chironais
Décoré de l'Etoile du Nord de Bonne-Espérance

Président de l'Union Centriste
avatar
Philibert Carnavon
Orateur charismatique

Nombre de messages : 5257
Age : 53
Localisation : Bordeleau - Chiron
Date d'inscription : 15/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum