Derniers sujets
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Le Conservateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 2/5/2011, 10:39 pm

Le Conservateur

Défense du Trône et Sauvegarde des Libertés



Propriétaire : S.A.S. Alexandre de Klausbourg-Cordilbao, Prince du Saint-Empire
Rédacteur en chef et directeur de la publication : Antoine de Rivarol
Siège social et courrier des lecteurs : 8, Place de la Couronne, Allancia

Le journal que nous avons souhaité créer appartient à la presse d'opinion. Nous voulions disposer d'une tribune, partager des points de vue et laisser éclater nos humeurs. Nous espérons que ce journal sucitera le débat; sans quoi sa vocation cessera d'être. Sa ligne est résolument conservatrice. Et pour cause, il nous semble plus que nécessaire dans une époque où les fausses idéologies menacent la paix civile de proclamer notre attachement à la défense du Trône et à la sauvegarde des Libertés. Bonne lecture !

Clodomir de Klausbourg, fondateur du Conservateur


Dernière édition par Alexandre de Klausbourg le 12/4/2015, 1:47 pm, édité 7 fois
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 3/5/2011, 12:03 am

Election de Sa Béatitude Ignace II. Quelle place pour l'Eglise Ethériste ?

Ce jour, Sa Béatitude Ignace II a été élu Grand-Pontife de la Sainte-Eglise Ethériste. Les convenances nous obligent à l'en féliciter. Notre propos d'aujourd'hui ne sera pas de rentrer dans les détails du scrutin, ni même de parler de croyances. Je laisse la théologie aux théologiens et nos lecteurs à leurs opinions religieuses. Nous aimerions nous pencher sur le rôle que s'est jusqu'alors assigné l'Eglise Ethériste en politique. Le choix d'un Grand-Pontife qui s'est illustré davantage pour ses qualités d'homme politique que de théologien, n'est à notre avis, pas anodin.

Les religions ne sont pas l'affaire du privée; en cela qu'elle ne peuvent être de simple option de penser et doivent s'exprimer dans des actes. Elles doivent pouvoir existé dans l'espace publique. S'il est une chose de proclamer sa Foi à tous, il est cependant plus grave de penser l'action politique à travers le seul prisme de la Foi. En effet c'est là un premier reproche que l'on peut faire aux pontifes et prêtres éthéristes qui agissent en politique. Toute leur action est motivée par la Foi. Ils ont pour but, avouer ou non, de faire advenir une société régie par les principes de la religion d'Ether. Ils sont dans l'erreur la plus grande. Il prêche un messianisme. Par nature, rien ne les sépare des markistes. Société sans classe ou société régie par le culte d'Ether, la société idéale est toujours à venir et l'enfer reste pavé de bonnes intentions.

Leur plus grande faute est de vouloir créer une société asseptisé de tous ses maux. Le mal est dans l'homme, se promettre de l'extirper de l'homme c'est se résoudre à l'anéantissement l'homme, car le mal lui est consubstentiel. Le bon politique doit toujours avoir à l'esprit cette dimension ontologique pour ne pas se perdre à servir l'homme tel qu'il aimerait qu'il soit, mais pour le servir tel qu'il est. L'ordre morale que les prêtres du PTE ont voulu faire naître est une erreur. Le combat du conservatisme n'est pas là. Il est dans celui pour la défense des libertés immémoriales des peuples de l'Empire. Car une société ne se construit pas, elle naît du fond de l'homme, animal social. La bonne société est celle que nous a laissée nos pères, elle est celle des libertés qu'ils nous ont légué : leur défense est la raison d'être du conservatisme. Une socitété éthériste n'existerait qu'au prix d'une immonde dictature. Pire encore, elle se ferait contre la monarchie.

Les Pontifes ont toujours eu ce vieux rêve d'avoir à nouveau la mainmise sur le temporel; d'avoir le Prince sous leur joug. La défense du trône exige de s'en prémunir. Deux solutions se dessinent dans un pays de liberté religieuse. Ou le Prince déclare la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Elle ne nous semble ni envisageable ni souhaitable, dans la mesure où elle conduirait à la souveraineté totale de l'Eglise Ethériste. Ou le Prince fusionne le trône et l'autel afin que lui soit entièrement inféodé le Grand-Pontife et l'Eglise d'Ether. Le trône renforcé, Charles III, chef suprême et gouverneur de l'Eglise d'Edoran, nous l'appelons de nos voeux !

Conservateur, nous voulons une place pour l'Eglise d'Ether : celle d'obéissant sujet, corps de la société entièrement soumis au Souverain qui en serait la tête comme il est la tête de l'armée et celle du corps social en son entier.

Clodomir de Klausbourg
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 5/5/2011, 4:54 pm

Le markisme, voilà l'ennemi !


A l'invitation de Sa Majesté l'Empereur Charles, Sa Majesté le Tsar de toutes les Russlavies, et le Stathouder de Noorzeeland se sont réunis au Palais de la Réunification. Les débats portent sur le partage de la Micrartique et le sort de la Moldavie. Ce dernier point nous intéresse hautement. Avançant la présence d'éléments merksistes au sein du Basilissiat de Moldavia - ce à juste titre puisque les élections de Mars ont fait monter le Parti Populaire au pouvoir - le Tsar Konstantin Ier demande la création d'une double couronne en Moldavia, partagée par son prétendant et le basileus actuel. Il entend ainsi sécuriser ses frontières. Ses motivations sont légitimes, mais nous refusons sa proposition.

Les merksistes - markistes sont un danger dont nous devrions prendre la mesure. Ils font parti d'un mouvement révolutionnaire dont l'arme principal est la subversion. Les risques de contagions sont fortes. Qu'ils aient tribune à Allancia et à la Diète, qu'ils puissent constituer des partis et monter au pouvoir dépassent l'entendement. Nous laissons aux markistes - merksistes la contradiction fondamentale de se dire un parti révolutionnaire et d'utiliser les urnes pour participer au pouvoir bourgeois, pour revenir à une question essentielle. Ne sommes-nous pas en train de nous tromper de combat en Moldavia ?

Le Tsar des Russlavies a souligné justement le risque de la contagion. Qu'un gouvernement markiste - merkiste représenté par le Parti Populaire de Moldavia soit au pouvoir dans un état situé aux frontières de l'Empire : voilà le véritable danger ! Charles III, doit refuser la solution Russlave mais remettre bon ordre dans les marches de l'Empire. L'ennemi n'est pas le Russlave mais le Merkiste et le gouvernement légal qu'il a établi en Moldavie. La sécurité des Edoranais exige non pas que l'on s'arme contre les Russlaves mais que l'on rétablisse l'ordre en Moldavia ! Le Basileus de Moldavia est un roi faible, déposons-le ! Charles III doit se montrer tout puissant et implacable contre les ennemis du genre humain. Nous le soutiendrons pour éliminer le chancre qui nous dévore de l'intérieur ! Le Markisme, voilà l'ennemi !

Clodomir de Klausbourg
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 22/5/2011, 10:49 am

Pour le salut de l'Empire, abattons la démocratie !


Les récents attentats qui ont touché l'Empire, les émeutes qui le menacent nous appellent d'abord au silence et au receuillement, en mémoire des victimes et en soutien à leurs familles. Vient maintenant le temps de la riposte et du combat. La division de la classe politique est désormais nette. Il faudra choisir son camps : le markisme ou l'anti-markisme. Il n'y pas de compromis, ni de voie intermédiaire, la guerre doit être totale contre les ennemis du genre humain. Ils ont montré leur capacité de nuir, leur pouvoir de destruction, la haine de tout. Ce sera avec nous ou contre nous.

Pour lutter contre le markisme, il s'agit d'abord savoir pour quoi nous nous battons. Qu'est-ce qui nous uni au delà de nos options politiques et religieuses, de nos divergeances ? La défense du Trône et des antiques libertés. Il ne s'agit pas de vouloir une lutte de la tradtion contre le progrès mais d'ériger la monarchie en rempart contre l'infâmie markiste. Il en faut défendre les fondements : la noblesse et les libertés du peuple, de refuser tout ce qui pourrait affaiblir son autorité, de renforcer son pouvoir.

Nous ne sommes pas favorable à la démocratie. Qu'on fait les représentants du peuple pour prévenir les malheurs qui nous frappent ? Rien. Que vont-ils faire ? Servir les intérêts d'une faction. Au lieu de faire l'unité nationale derrière l'Empereur, ils cherchent des responsables, convoitent les postes de ceux qui tomberont et seront emportés dans le tourbillon du scandale. Emportés dans les querelles partisanes, incapables de poursuivre l'intérêt commun, la loi martiale requise en situation de crise n'a pas même été instaurée. Ils ont accepter qu'au sein de la Diète, temple des libertés du peuple, les markistes aient une tribune officielle où propager la haine de la civilisation. Ils ont refusé de préserver le peuple, dont on leur avait confié la destinée, des maux qui l'accablent. Ils ont vendu la paix, la stabilité, la crédibilité de l'Empire à la démocratie, fumier qui a laissé prospérer le markisme, l'ivraie qui a étouffé le bon grain.

Des députés de ce tas d'immondices que l'on nomme parti Markiste nous demandons la démmission et la mise en inculpation pour crime contre la Nation. Aux vraies représentants du peuple nous demandons qu'ils agissent avec clairvoyance, sauvent leurs honneurs et prennent leurs responsabilités en luttant fermement contre les markistes et leurs séïdes socialistes, républicains et séparatistes. Un seul chemin, une seule voie : la dictature de salut public ! A eux de la voter, à l'armée d'y veiller ! Pour le salut de l'Empire, abattons la démocratie !

Clodomir de Klausbourg
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Jean-Baptiste de Lancret le 29/3/2012, 10:33 pm

L'échec de l'Action Nationale


Après une déconfiture électorale et surtout la perte de la chancellerie, il est aujourd'hui évident que l'Action Nationale est un échec sur toute la ligne.

Premièrement, parlons de l'union du PTE et de l'ANM. Si l'idée était séduisante au départ, nous pouvons constater que la dualité politique est encore présente au sein de l'Action Nationale. Alors que certains glorifie le pouvoir suprême de l'Empereur, d'autres prêchent la supériorité morale de l'Église. Cela est inacceptable! D'ailleurs la crise de la majorité gouvernementale en est la preuve la plus flagrante. Mettre en danger toute une nation pour des intérêts religieux! Voilà pourquoi l'Empereur doit être placé au dessus de tout.

L'Empereur, l'Empire et l'honneur, tels devraient être le mantra de la droite edoranaise.


1- L'Empereur est l'autorité suprême.
De lui émane tout. L'Empereur devrait être le chef de l'Église edoranaise, le père de la nation. Il devrait avoir droit de justice.
2- L'Empire est indivisible. L'exarchat de Mont-Albert est une abomination. L'Empire ne peut se diviser ainsi. Nous devons annexer l'exarchat, ainsi que les autres états vassaux!
3- L'honneur!
Voilà un beau terme. Les gens sans honneur doivent être surveillés et fichés, comme les markistes, les Françs-Charpentiers, les Russlaves et les Zollernois. Et ceux qui ont un honneur doivent s'engager dans l'armée et combattre! Défendez la patrie!


Ciel, je m'ennuis de l'Alliance Nationale Monarchiste. Peut-être devrions-nous la ressuciter?
avatar
Jean-Baptiste de Lancret
Speaker

Nombre de messages : 403
Age : 85
Date d'inscription : 17/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 27/7/2017, 4:41 pm

Edition du 27 juillet 1927



Politique : Résurrection du Parti Démocrate Edoranais

Albert de Rougemont, ancien Chancelier et ancien ministre, a annoncé hier soir une prochaine intervention devant le siège du PDE. Serait-ce pour lancer son parti dans les législative à venir. Voilà un gageure pour le parti laissé exsangue par les dernières élections, qui ne dispose, à ce jour, d'aucun député et est toujours frappé d'interdiction.

Politique : Le Parti Impérial en ordre de marche

Le Parti Impérial est d'ors et déjà en ordre de marche derrière le Chancelier Hauteville nommé président par interim du parti pour les prochaines élections législatives. La campagne a été lancé ce mardi sur le thème de la réforme constitutionnelle devant aboutir à la fédéralisation de l'Empire. Le parti gouvernemental réuni actuellement 217 des 263 députés et disposent d'une majorité inédite dans l'Histoire parlementaire édoranaise. Les projections actuelles le donne largement gagnant annonçant pour les plus optimistes jusqu'à 3/4 des députés.

International : Crise en Ostaria

La République d'Ostaria, état du continent Sud vient d'imploser laissant place à deux états antagonistes : la République Populaire d'Ostaria, soutenue par le Kolozistan, d'une part, et la Royaume d'Ostaria, d'autre part, soutenu par le Sérénissime Empire d'Ys. Le gouvernement républicain légal, en exil au Skotinos, bénéficie lui, du soutien de Facilitae et de Wilhelstaufen. Après s'être assuré la neutralité de son allié zollernois, le gouvernement impérial a dépêché à Lunont un diplomate afin de nouer des relations avec le gouvernement du roi Jacques II. De source proche du Palais, le Régent voit d'un œil favorable l'émergence d'une monarchie au Sud capable de contenir l'expansion du merksisme. L'état-major, qui n'a pas digéré l'affaire de Travnà, est, pour sa part, prêt à une revanche, même diplomatique, avec le Kolozistan.


_________________
Son Altesse Sérénissime Alexandre de Klausbourg-Cordilbao

Prince du Saint-Empire
Duc de Cordilbao (Eslagnes)
Comte de Malagona (Eslagnes)
Professeur de Science politique à l'Université impériale d'Allancia
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Alexandre de Klausbourg le 3/8/2017, 8:41 pm

Le Parti impérial en tête... !

Autopsie d'une victoire




Les résultats du 1er tour des élections législatives d'août 1927 sont tombés ce mercredi. C'est une victoire sans surprise du Parti conservateur qui, obtenant 133 des 230 sièges de députés, est dès avant le second tour assuré d'obtenir la majorité absolue à la Diète.

Le parti impérial (PI) confirme ainsi son implantation dans le Chiron, terre d'élection de l'ancien Rassemblement démocrate conservateur d'Edoran (RDCE), et dans les colonies, bastion privilégié de l'extrême droite édoranaise. Plus surprenant, le PI s'implante durablement dans les provinces de Bonne Espérance et d'Alliancia, même à Mont-Albert, fief électoral de la droite religieuse édoranaise, traditionnellement opposé au discours laïciste du Parti Impérial.

Le gouvernement du Chancelier Hauteville, qui devrait sans nul doute possible être reconduit la semaine prochaine, récolte ainsi les fruits d'un discours régalien focalisé sur la refondation des institutions ayant su parler à toutes les droites. Il bénéficie aussi de la traditionnelle prime au sortant alors que le gouvernement est approuvé par une majorité de la population dans sa conduite des affaires extérieures du pays

Cette victoire ne doit pas faire oublier l'enjeu du scrutin : la réforme constitutionnelle voulue par la Chancellerie et approuvée par le Palais qui doit aboutir à la fédéralisation de l'Empire. Afin de conduire son projet de réforme constitutionnelle approuvé la semaine dernière en conseil des ministres, le Chancelier Hauteville doit pouvoir compter sur une majorité des 2/3 à la Diète, soit 154 députés. S'il veut conserver les mains libres et légiférer sans la contrainte d'une opposition progressiste-libérale, il doit donc ravir, la semaine prochaine, 21 des 26 circonscriptions encore en jeu en Fransie. Une gageure dans une province où les libéraux ont obtenu leurs meilleurs scores au premier tour et peuvent compter sur les réserves de voix de la Ligue progressiste, grande perdante de ces élections.

Car l'autre information de ce scrutin est la percée de l'Alliance Libérale menée par la fougueuse Eugénie de Sabrevoix, fille du célèbre militaire Klaus Störtebeker et sœur du roi Stanislas de Palogne. L'Alliance libérale, formation située au centre de l'échiquier politique, avait servit, durant les précédentes législatures de caution libérale au Parti Impérial. Ce soutien au parti impérial, au moment du 1er gouvernement Klausbourg, avait été le fruit d'une alliance que d'aucun jugeait contre nature mais qui était pourtant imposée par les circonstances : celles du choix de l'ordre et de la prospérité économique face à la gabegie socialiste représentée par gauche. Elle permit de tempérer les ardeurs du Parti impérial et contribua à son installation comme parti de gouvernement, loin des excès de ses origines.

Avec 65 députés élus dès le premier tour, l'Alliance Libérale peut s'imposer dans la prochaine majorité comme le véritable leader d'une opposition dont il est tout à croire, au regard de l'histoire de ce parti et de la personnalité de sa présidente encore présent au gouvernement, qu'elle sera plus constructive qu'obstructive. De là à croire que l'Alliance Libérale est l'œuvre politique d'un Hauteville pour capter les voix de la gauche, c'est un pas que nous ne franchirons pas.

Le grand perdant de ces élections est la Ligue progressiste. Le mouvement politique dirigé par Albert de Rougemont, ancien leader du Parti démocrate édoranais désormais interdit, est réapparu lors de ces élections. Elle entendait incarner une ligne de gauche sociale-démocrate et progressiste, loyale à Sa Majesté. Elle n'a pu résister à la vague violette qui a submergé le pays et à la concurrence de l'Alliance Libérale sur le terrain du progressisme. Elle n'emporte que 6 députés, se place dans une conjecture délicate pour le second tour et ne peut espérer en gagner plus de 9 mardi prochain. Nul doute que la Ligue progressiste devra s'arrimer à l'Alliance Libérale pour exister, mais au risque d'être phagocyté.

Le dernier enseignement de ce scrutin, celui qui est fondamental pour l'histoire politique édoranaise est la bipolarisation de sa vie politique dont la cause est à rechercher dans la disparition de la multitude de partis politiques qui l'animaient et constituaient des majorités hétéroclites. Elle est la conséquence de l'hégémonie du parti impérial à laquelle on peut attribuer plusieurs facteurs.

Tout d'abord un discours marqué idéologiquement : le thème de la défense de l'ordre et de la patrie n'a en rien varié depuis ses origines. Ensuite, une discipline partisane à toute épreuve, explicable par un fonctionnement démocratique qui permet à toutes les sensibilités du parti d'exister associé à une forte culture du chef dans une formation politique où les militaires sont surreprésentés parmi les cadres. La victoire a aussi été rendue possible par la capacité à renouveler le discours partisan : l'atténuation du discours laïciste a permis de ne plus effrayer la droite religieuse, l'investissement du champ économique, la mise en place d'un discours socialement rassurant et économiquement protecteur à attirer les petits épargnants et les petits entrepreneurs, son discours social enfin, lui a permis de préempter la forte réserve de voix que constituait l'électorat populaire délaissé en l'absence des traditionnels partis ouvriers de gauche interdit par la justice. Sa réussite tient également à la richesse de son capitale humain, compétent et dévoué. On ne compte plus les hommes d'état où qui en esquisse la stature qui en sont membres : le Feld-maréchal de Hauteville, la maréchal de Lancret, le vice-chancelier d'Haudricourt. Enfin, le Parti Impérial a réussi l'expérience du gouvernement investissant le champ du régalien plutôt que celui de la réforme sociétale, capitalisant sur le maintien de l'ordre, condition à la prospérité économique, refusant l'excès et l'idéologie. Bref car l'on gouverne au centre, faisant l'éloge du pragmatisme.
Alexandre de Klausbourg,
Professeur de Science Politique à l'Université d'Allancia


Arrow Consultez la carte des résultats électoraux publiée par l'Institut Edoranais de Géographie Micromondiale
Arrow Consultez le détail des résultats publié par la commission électorale

_________________
Son Altesse Sérénissime Alexandre de Klausbourg-Cordilbao

Prince du Saint-Empire
Duc de Cordilbao (Eslagnes)
Comte de Malagona (Eslagnes)
Professeur de Science politique à l'Université impériale d'Allancia
avatar
Alexandre de Klausbourg
Orateur talentueux

Nombre de messages : 272
Age : 22
Date d'inscription : 01/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Conservateur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum