Derniers sujets
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Nouvelles eslagnoles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouvelles eslagnoles

Message par Charlotte de Fricard le 18/5/2011, 12:52 pm

Les Fricards. Cette illustre et antique famille d'Edoran régna pendant des siècles sur le Chiron, terre natale de ses premiers représentants, puis sur l'Edoran unifié. La vaillance et l'honneur de ses membres au cours des siècles en fit une dynastie crainte et respectée de par le micromonde. Des rois légendaires, tel Henri Ier d'Edoran, ou des femmes exceptionnelles, telle Sainte Marie-Charlotte, contribuèrent à l'éclat et la splendeur des Fricards.
Mais cette magnificence s’égrena au cours des siècles, et la fin de la Double-monarchie sonna le glas de l'âge d'or Fricard. Ses membres ne furent plus que personnages de second ordre dans le Saint-Empire, devant l'omniprésence incontestable des Traceau. On cru même l'ancien lignage éteins pendant quelques temps, notamment à cause des massacres perpétrés à leur encontre par les différents régimes dictatoriaux et républicains qui virent le jour en Edoran.

Néanmoins, l'année 1906 marqua le retour des Fricards grâce au retour en ses ancestrales terres de Charles-Alexandre, un jeune homme de vingt-cinq ans, chef de l'ex-famille royale de Chiron. Le Saint-Empire connaissait alors une période de torpeur, et on murmura que le jeune homme projetait alors de reprendre le trône de ses ancêtres. C'était sans compter sur la ruse et le pouvoir des Traceau, alors représenté par François-Xavier Ier. Il rétablit les Fricards dans leurs anciens honneurs en leur reconnaissant officiellement le statut de membre de la famille impériale ; et leur prodigua toutes les largesses nécessaires à la sérénité du pouvoir impérial établi. Charles-Alexandre trouva la situation acceptable et se mit au service de son impérial "cousin". Il occupa successivement des postes honorifiques, militaires et politiques, tout en prenant bien soin de restaurer les anciennes amitiés des Fricards et de la noblesse chironnaise. En 1903, il avait épousé Doña Carolina Abruz y Oms, une eslagnole de haut lignage apparenté à la famille royale des Eslagnes. Le mariage restera très secret car on murmure que les deux tourtereaux eurent un degrés de parenté bien trop rapproché pour rendre le mariage public.
C'est dans ce contexte que Charles-Alexandre sera nommé Chancelier du Saint-Empire, par l'Empereur, en des temps troublés par les guerres intestines et les contestations républicaines. Mais les troubles alors mineurs devinrent véritable révolution. Le Prince-Chancelier lutta de toutes ses forces pour défendre préserver Edoran et son peuple. Mais la pression fut trop forte pour lui, et il se donna la mort peu de temps après la libération d'Allancia. Il avait trente-cinq ans.

De son union avec doña Carolina naquit deux enfants : Charlotte, actuellement agée de dix-sept ans, et Henri, agé de treize ans. Ce dernier, actuel chef de la maison de Fricard, subit de plein fouet la consanguinité notamment à cause de nombreuses tares physiques. Depuis peu, sa stabilité mentale est elle aussi remise en cause. En effet, en plus d'une cruauté envers les animaux déjà présente en lui depuis son enfance, Henri développe une haine des êtres humains en général. Qui plus ai, il a toujours jalousé sa soeur ainée, envieuse de la considération outrancière que le portait feu son père. D'ailleurs sa récente et première décision d'expulser Charlotte du château familial horrifia sa mère, impuissante devant ce drame.

C'est ainsi que Charlotte se vit contrainte de migrer vers la cour des Eslagnes, où elle fut aimablement reçue par le roi Fernando-Luis II. Mais l'étroitesse d'esprit des courtisans eslagnols eurent tôt fait d'ennuyer la jeune femme. En effet, elle adorait parcourir de grand espace, seule, perché sur sa jument favorite, ainsi que s’entraîner au maniement du fleuret. Ces activités furent très mal vus par les strictes et pieuses eslagnoles qui firent courir d'horribles rumeurs sur la jeune fille. Lassée, l'impétueuse Charlotte décida qu'il était temps pour elle de partir...
avatar
Charlotte de Fricard
orateur débutant

Nombre de messages : 91
Age : 24
Date d'inscription : 18/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelles eslagnoles

Message par Charlotte de Fricard le 19/5/2011, 12:41 pm

Toujours hébergée à la cour d'Eslagne, la jeune femme vaquait à ses occupations sportives, comme à son habitude. Vers 17 heures, après deux heures d'entrainement intensif au sabre turcose, arme lourde mais très maniable pour sa féminine main ; elle décida de regagné la chambre quelle occupait.

Elle poussa la lourde porte de chêne et se retrouva dans cette chambre qu'elle haïssait. Son esprit libre et sa fougue se trouvait ici cloisonnait entre quatre murs, ce qui lui déplaisait profondément. Néanmoins, elle savait qu'elle pouvait compter sur sa gouvernante, doña Maria, qui l'avait suivit dans son exil. Sa vision la réconforta.

- Une lettre pour vous, Princeza, en provenance d'Allancia.

Interloquée, Charlotte se demanda pourquoi la vieille femme utilisait ce prédicat si formel, alors qu'elle avait pour habitude de la nommer Carlota. La lecture du décret de reconnaissance édité par le Saint-Empereur lui fit comprendre.

- Maria, tu es bien trop curieuse pour une gouvernante. Si je ressemblais ne serait-ce qu'un peu à mon frère, tu ne posséderais plus tes yeux à l'heure qu'il est...

- Éther me protège de n'avoir jamais eu à m'occuper de votre frère, Carlota.

- Cessons de parler de cet ingrat, surtout quand une nouvelle vie s'offre à nous... Je vais écrire à l'Empereur, de manière personnelle.


De S.A.I. Charlotte de Fricard,
à S.M.I. Charles III d'Edoran,

Votre Majesté Impériale,

Par cette missive je souhaite vous faire savoir toute la reconnaissance qui est la mienne envers votre impériale personne. Votre soutien exprimé publiquement par le biais de votre décret, après les récents évènements qui se sont abattus sur ma personne, me touche au plus haut point.
Puisque vous êtes apparemment sensible à la détresse qui est la mienne, je souhaiterais formulé humblement une requête. J'ai pour souhait de quitter la cour d'Eslagne et son univers étriqué à mon goût. Puis-je compter sur Votre Majesté pour m'aider à réaliser mon souhait ? Je n'y arriverais pas avec mes moyens d’exilée auxquels mon frère ma contrainte.

A nouveau, je remercie Votre Majesté Impériale de la considération dont elle fait preuve à mon égard.

Votre aimante parente,
Charlotte.
avatar
Charlotte de Fricard
orateur débutant

Nombre de messages : 91
Age : 24
Date d'inscription : 18/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelles eslagnoles

Message par Charlotte de Fricard le 22/5/2011, 1:50 pm

Le jour du départ était arrivé pour Charlotte. En effet, l'Empereur dans sa grande bonté avait exprimé le désir d’accueillir la jeune femme auprès de lui. La nouvelle était de taille pour cette dernière. Cela impliqué qu'elle pouvait rejoindre la Cour impériale pour y rencontrer les plus influents personnages du Saint-Empire et d'ailleurs. Pour la princesse, qui avait passée la quasi totalité de son enfance dans l'oubli et le mépris de tous, le changement serait radical. Et elle se devait d'être à la hauteur des espoirs que chacun plaçait en elle, à commencer par elle-même.

Après avoir donné consignes à sa maisonnée de préparer son départ, elle parcouru le Palais royal. Elle remercia humblement ses amis du soutien qu'ils avaient été pour elle, et promis de venir les voir dès que l’occasion se présenterait.
Puis, elle demanda audience auprès de Sa Majesté Royale Fernando-Luis II. Après une révérence de rigueur, elle attendit selon les convenances que le souverain débuta l'entretien.


- Ma chère enfant, vous avez souhaitez me voir ? J'ai appris que vous étiez sur le départ...
- C'est exact, Majesté. Et je souhaitais vous remerciez d'avoir eu la bonté de me recueillir après m'être fait chasser du château de mon père, qu'Éther veille sur lui !
- J'ai toujours respecté et aimé votre père. C'était mon devoir de prendre soins de sa fille. Tout comme c'est mon devoir de vous conduire auprès de notre Empereur.
- C'est justement à ce propos que je souhaitais voir Votre Majesté. Je suis au fait des événements qui secoue le Saint-Empire, et en conséquent je vous prie de rester ici, en Eslagne.
- Expliquez-vous ! Me prendriez-vous pour un lâche ?!
- Non point, Majesté. Je connais votre courage et c'est la raison pour laquelle vous devez rester. Tout le monde sait votre puissance à travers votre contrée, et si vous vous absentez en ces temps troublés, j'ai bien peur qu'on en profite pour s'attaquer aux Eslagnes. Je ne permettrais point que cela arrive à cause de moi...
- Vous avez la sagesse et l'intelligence de votre illustre père, princesse ! Je comprends votre requête, et la satisferait. Mais des soldats de ma garde personnelle assureront tout de même votre sécurité jusqu'à Allancia.
- Merci du fond du cœur, Votre Majesté.

Le monarque s'approcha alors de la jeune femme, et lui baisa la main. Puis la regardant droit dans ses grands yeux bleus, il ajouta :

- Allez en paix, Carlota, qu'Éther vous protège !


La jeune femme regagna sa chambre avec un sentiment de bonheur indescriptible. Demain matin, elle partirait...
avatar
Charlotte de Fricard
orateur débutant

Nombre de messages : 91
Age : 24
Date d'inscription : 18/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nouvelles eslagnoles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum