Connexion

Récupérer mon mot de passe


Lestreps :Un édile idiot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lestreps :Un édile idiot

Message par Charles-Nemrod de Fleury le 2/8/2013, 5:34 pm

Charles-Nemrod de Fleury-Heimrichzhaffen avait dans le sang l'art de l'intrigue allié à la plus absolue des ambitions. Le premier savait raisonner la deuxième et tempérer les ardeurs naissantes du jeune marquis özterreicher, qui, déjà, voyait scintiller la perspective d'un beau mariage et de titres avantageux. Pour cela, il faudrait néanmoins s'élever à de hautes fonctions, ce qui, en l'absence de la protection des Freshville, alliés traditionnels des Fleury, nécessiterait de passer par de moins reluisantes.

En arrivant à Lestreps, le jeune marquis avait une idée bien ancrée dans la tête : devenir le premier édile de cette ville, tremplin depuis lequel il saurait trouver une circonscription de député. Un premier obstacle s'opposait à l'ambitieux. Il y avait à Lestreps un maire, bourgeois ennobli dans la farine, notable conservateur, patron respecté de ses ouvriers, élu aimé de la population. Outre ces caractères que Charles-Nemrod appelait « défauts », le baron Georges-Albert de Muxeil était réputé pour sa vanité. Aussi ne put-il retenir sa joie lorsqu'il reçut un carton l'informant que le marquis zu Windischgrätz, cousin du Grand-duc de Zollernberg, entendait s'établir dans sa bonne ville et demandait audience.


« Allons ! Vite ! Plus viiiite ! Faites-le entrer ! »

Devant la révérence profonde de l'employé municipal qui ouvrit la porte prétentieuse du bureau du maire, Charles-Nemrod de Fleury prit de l'assurance et avança, au pas de charge. Il avait à la main la gazette d'Allancia, qui lui avait appris le retour tonitruant, et le duel réussi du chevalier de Pontecorve. Cette affaire avait fait naître dans l'esprit malade du prince avarois un complot qui favoriserait ses affaires.

« Ah, mon brave baron, qu'il me fait plaisir de vous voir.
- Quel honneur de recevoir Votre Altesse ! Lestreps se réjouit fort de L'accueillir.
- Allons, monsieur, il me tardait de vous rencontrer. On ne parle plus que de vous depuis hier. »

Cette parole interloqua le baron.

« Votre Altesse veut dire, plutôt, que je n'entends plus parler que d'Elle. Tout Lestreps …
- Laissons cela baron. Si je viens vous voir, c'est que j'ai de la sympathie pour vous. »

Le gros échevin, un peu décontenancé, à part, se demanda :

« Est-ce possible ? »

Mais le jeune marquis poursuivit, impassible.

« On m'a dit du bien de vous, en plus haut lieu, baron. »

Celui-ci se pâma de bonheur.


« Néanmoins, c'est une fâcheuse affaire qui vous arrive. Et c'est par une amitié naissante pour vous que je viens de ce pas hâtif vous prêter, aide, assistance et conseil. »

Le visage du baron commença à se décomposer.

« Vous savez, baron, que le chevalier de Pontecorve est en ville. »

Charles-Nemrod tendit le journal à l'infortuné édile de Lestreps qui ne comprenait plus rien à rien.

« Vous le connaissez je crois – Charles-Nemrod ne se laissa pas distraire par les dénégations du maire. Il vous connaît, c'est ainsi, ne le niez pas. Il est vrai que votre ancienne jeunesse de débauche avec le chevalier n'était guère reluisante. Je le sais. Allons, allons, je sais aussi, que, comme lui, vous êtes un bretteur remarquable, un escrimeur de premier ordre, vous maniez l'épée aussi bien que les commandes de votre entreprise. Allons, je sais tout, baron, et ne vous en aime que davantage. »

Devant le flot de compliment, le baron ne niait plus. Mieux, il était maintenant certain de connaître le chevalier de Pontecorve.

« Mais voilà l'affaire, baron. Je suis au regret de vous dire que le chevalier de Pontecorve, ce scélérat, se répand en injures sur votre compte, qu'il inonde la bonne société d'Allancia de rumeurs sur votre compte. Il prétend avoir déshonoré votre fille.
- Mais, Votre Altesse doit savoir que je n'ai qu'un fils !
- Votre, fille, votre fils, cela est égal, c'est toujours la prunelle de vos yeux et l'honneur de votre famille, baron. Il fait venger cet honneur insulté.
- Ah, mais … Comment ? Je …
- Pas un mot. Je sais que vous n'en avez guère besoin, mais il serait judicieux que vous vous entrainiez. Soyez à Allancia après-demain. D'ici là, je vais faire connaître au chevalier de Pontecorve que vous entendez laver par le sang l'honneur de votre illustre nom. »

Le baron mit un certain temps, après le départ de Charles-Nemrod, à se remettre de ses émotions : l'amitié du prince … Un duel ! Ce chevalier … Un inconnu ? Ah ! Ciel ! Enfin, puisqu'il le fallait. Si le prince le disait … Il devait être d'un intelligence supérieure. Le baron de Muxeil aurait tort de ne pas suivre les conseils avisés d'un homme si bien né.

_________________
S.A.S. Charles-Nemrod de Fleury-Heimrichzhaffen
Prince avarois (Avaricum)
Marquis zu Windischgrätz (Özterreich)
Membre de l'Académie édoranaise des Arts et des Lettres
Président de la section du Parti impérial (P.I.) de Lestreps
avatar
Charles-Nemrod de Fleury
orateur débutant

Nombre de messages : 55
Age : 26
Localisation : Lestreps
Date d'inscription : 01/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum