Connexion

Récupérer mon mot de passe


Des volontaires au secours de la Belgravie

Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Robert Badienni le 20/5/2015, 4:37 pm

Plusieurs centaines d’Edoranais avaient déjà franchi la frontière belgrave en ordre dispersé afin de se mettre à la disposition du gouvernement républicain dans sa lutte contre le seigneur de guerre rebelle Nicolae Razvan… Ils confluaient vers Fiumu, la grande ville du nord belgrave, avant de prendre la route de la capitale. Il était impératif que celle-ci ne tombe pas aux mains des rebelles. La possession de la capitale serait un enjeu de taille lors de la guerre civile qui s’annonçait.

A Fiumu même, de troubles personnages s’activaient déjà à organiser plus rigoureusement ce qui allait devenir les Brigades Intermicronationales.

Le russlave Anton Boulkinov, ancien chef de la milice rouge, et l’Eslagnol Arcadio Diaz, chassé de l’armée eslagnole pour ses idées démocratiques, travaillaient à constituer une force capable de venir en aide au gouvernement belgrave. Celui-ci était tellement aux abois qu’il n’avait pas d’autre choix que de tolérer les activités de ces deux hommes, qui avaient déjà réussi à faire venir de Petite-Russlavie et de Transvalachie des stocks d’armes légères, reliquats de la guerre civile russlave.

Ils venaient d’accueillir l’arrivée de 200 exilés transvalaques, noordzeelandais et petit-russlaves chassés de leur pays, et s’efforçaient de recruter les réfugiés palonais présents sur le sol belgrave.

Ce qu’il fallait maintenant à Boulkinov et Diaz pour faire des brigades intermicronationales une force digne de ce nom, c’était de l’armemement lourd. Des canons, des trains blindés, des aéroplanes, voilà ce qui leur manquait pour sauver la république belgrave.

Robert Badienni
Robert Badienni
Orateur

Nombre de messages : 194
Age : 35
Date d'inscription : 01/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Edorel Gatline le 21/5/2015, 9:38 am

Alors qu'une nouvelle guerre se préparait chez les vassaux édoranais, un petit biplan arrivant de Russlavie se posa nonchalamment sur le tarmac de l'aérodrome de Fiumu. Enfin, quand on dit aérodrome, il s'agit plus d'une piste de terre battue qu'autre chose. Il ne chercha même pas à demander l'autorisation d'atterrir, vue qu'il n'y avait pas de tour de contrôle. Il n'empêche que quelques agents qui se trouvaient là allèrent tout de même voir quel genre d'homme pouvait bien poser pareil coucou en pareil endroit à un tel moment. Le type qui descendît de l'appareil était habillé d'une grosse parka en fourrure et porté une chapska qui l'était tout autant (en fourrure) et frappé d'un gros écu blanc au loup noir. Mais malgré les apparences, il n'était pas russlave.

"Bien le bonjour les keufs, j'ai affaire à faire avec le camp républicain si vous le voulez bien. Question de sécurité nationale."

A l'accent, il n'était absolument pas russlave (et même, il zozotait légèrement), et même si c'était le cas il semblait plutôt bien renseigné sur les problèmes actuelles de la république.

"Bon alors, vous m'emmenez voir les chefs oui ou merde ?
Edorel Gatline
Edorel Gatline
balbutieur

Nombre de messages : 39
Age : 28
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Arcadio Diaz le 21/5/2015, 11:16 am

L’optimisme était de mise chez les Brigades intermicronationales. Anton Boulkinov était parvenu à débaucher deux cent Palonais qui vivotaient dans les camps de réfugiés à la frontière belgravo-palonaise. La veille, une cinquantaine d’anciens officiers transvalaques s’étaient présentés à Fiumu, et étaient à présent occupés à former les recrues palonaises. Règnant en despotes sur la ville de Fiumu où le gouverneur belgrave n’avait plus grand-chose à dire, Boulkinov et Diaz avaient réquisitionné sans trop de judiciaire les dépôts de l’armée républicaine belgrave pour équiper leurs hommes en armes et en uniformes, même si le manque d’armement lourd n’avait toujours pas été résolu, tout comme la pénurie de ressources phynancières qui aurait permis de s’en procurer…

Un premier contingent de 350 hommes avait déjà été envoyé en direction de Sina, commandé par le Noordzeelandais Fop Terzake. Boulkinov et Diaz avaient choisi d’envoyer sans attendre leurs meilleurs hommes (vétérans de la Milice rouge, ex-officiers alémaniens ou transvalaques, etc.) vers Sina, car il était vital que la capitale de la république ne tombe pas aux mains des rebelles. Dans une guerre civile, Boulkinov et Diaz le savaient, les victoires politiques ont autant d’importance, si pas plus, que les victoires militaires.

Ils espèraient que l’arrivée à Sina de 350 hommes d’élite fanatiquement dévoués à la cause de la démocratie relèverait le moral de l’armée républicaine belgrave, qui devait l’avoir dans les chaussettes vu l’incapacité du gouvernement Kirill à faire quoi que ce soit pour endiguer l’insurrection.

Anton Afanassievitch et Arcadio avaient donné comme instruction à Fop Terzake de ne pas s’embarrasser de légalisme, et d’extorquer aux autorités belgraves le commandement de la défense de la capitale au plus vite. L’audace et la violence, Arcadio le savait, permettraient de gagner du temps pour transformer leurs cohortes de volontaires à Fiumu en une force combattante digne de ce nom. Déjà, la garnison belgrave de Fiumu n’obéissait plus aux ordres du gouverneur et s’était placée, en fait sinon en droit, sous l’autorité de Diaz et Boulkinov.

Le mystérieux voyageur venu de Russlavie fut escorté par des volontaires edoranais nerveux jusqu’à une automobile ornée de drapeaux rouges (et qui hier encore était la propriété d’un aristocrate local), qui le conduisit jusqu’à un champ de tir en périphérie de Fiumu, où des volontaires issus de dizaines de micronations s’entrainaient au maniement de fusils Mossine-Nagant, sous le regard attentif d’Anton Afanassievitch Boulkinov et de l’ex-capitaine Arcadio Diaz.
Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Edorel Gatline le 21/5/2015, 12:16 pm

L'homme avait été conduit devant ce qui semblait être les deux chefs. Les deux gredins qui l'accompagnait, ne sachant quoi en faire, le tenaient par les bras, même devant les chefs. Ce qui ne manqua pas de lasser notre homme.

"Mes petits, faut que je vous explique deux-trois choses. La dernière fois que quelqu'un ma tenu les bras comme ça c'était une riche héritière krasslandaise de quatre-vingts piges et à qui j'ai extorquer toute la fortune pour mes supérieurs. Si vous saviez de quoi une vieille grabataire à l'haleine fétide est capable pour attirer un homme dans son lit alors peut-être vous me tiendriez pas les bras comme ça."

Sur cette parole, légèrement décontenancé, les deux hommes le lâchèrent. Notre homme en profita pour retirer ses épaisseurs.

"Jamais réussi à prendre l'accent de toute façon.

Bon ça doit être vous les chefs, ou alors ce soulèvement est encore plus mal partie que je le pensait. Si j'ai fait le chemin jusqu'à vous c'est pour une bonne raison. D'un vous avez besoin d'un conseiller militaire, et de deux, JE suis conseiller militaire. Et je ne prends pas d'honoraires, d'autre me payent déjà."
Edorel Gatline
Edorel Gatline
balbutieur

Nombre de messages : 39
Age : 28
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Arcadio Diaz le 21/5/2015, 12:32 pm

Boulkinov et Diaz se regardèrent. Arcadio lisait dans les yeux de son comparse une franche intention homicide. Fidèle à son tempérament de brute épaisse, le Russlave, qui avait brièvement travaillé pour le prince Pojarski au cours de ses tribulations, avait vraisemblablement hérité des réflexes de son ancien patron et aurait bien voulu abattre le nouveau venu, là, sur place, ou l’accrocher à une cible pour qu’il serve d’entrainement aux recrues.

L’ex-capitaine Diaz posa une main apaisante sur le bras du Russlave. Certes, le bonhomme était insolent, mais ce n’était pas en massacrant toutes les personnes dont le langage vous déplaît que vous gagnez une guerre civile. Les Brigades intermicronationales avaient besoin d’aide, de toute l’aide possible, et Boulkinov le savait, Diaz le savait, et leur interlocuteur le savait aussi.

Arcadio prit la parole, d’une voix douce et traînante :


Ma maman m’a toujours dit de me méfier des inconnus qui vous proposent des bonbons sans rien demander en échange. Vous débarquez ici, vous offrez vos services, et vous prétendez ne rien réclamer en retour. Vous n’avez pas l’air d’un idéaliste et je ne vous ai pas encore entendu crier ‘vive la république’, alors, dites-moi, qu’est-ce qui nous vaut tant de gentillesse ?

Et, puisqu’on en parle, en quoi pensez-vous vous rendre utile ?


Semblant se rappeller quelque chose:

Je suis l’ex-capitaine Arcadio Diaz, by the way. Oui, celui-là même, précisa Arcadio, persuadé que sa célébrité dépassait les frontiers de l’Eslagne. Et mon associé au sang chaud est Anton Afanassievitch Boulkinov, ancien honcho supremo de la Milice rouge russlave.
Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Edorel Gatline le 21/5/2015, 1:06 pm

"vous n'avez pas besoin de connaitre mon nom messieurs mais juste que je travaille pour Gatline. Et si vous êtes intelligent vous savez ce que ça signifie."

En d'autres termes, notre homme mystère est des ZZZ, les Zervices Zecrets Zollernois. Willyz Huntleyz, de son vrai nom, alias "triple zéro", dit aussi "soixante-neuf", dit "zéraphin", dit "Margoulin la grozze trogne", dit "Baronnet de mes deux". Également connue parait-il (de sources krasslandaise peu sûrs) sous le sobriquet de "ester trinitrique du glycérol-quadrinitrosavonite". Mais ça bien sûr, il se garda bien d'en divulguer le moindre pseudonyme, bien que l'imagination des deux hommes venait d'être sur-activé à cette instant.

"considérez que vue les circonstances mes chefs me payent bien assez bien pour que je vous demande un petit surplus. Et si je suis ici c'est pour une raison simple : Vous assister à rétablir un certain équilibre des forces tout en stabilisant la région. Qui vous savez pense que ces guerres incessantes entre vassaux est un frein, voir une menace pour la stabilité de la région. Et si la moitié du continent nord est instable politiquement, il y a fort à parier que les répercussions font se faire sentir dans le reste du continent. J'ai été envoyé pour assister le commandement, si on peut appeler ça comme ça à la préparation de vos opérations sur le terrain. Bref pour limiter la casse et apprendre les bonnes manières à a peu près tout le monde."
Edorel Gatline
Edorel Gatline
balbutieur

Nombre de messages : 39
Age : 28
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Arcadio Diaz le 21/5/2015, 1:56 pm

Boulkinov haussa les épaules en grognant de manière très audible « foutue tante zollernoise », puis s’éloigna pour aller botter le cul d’un volontaire moldavien qui ne parvenait pas à démonter son fusil-mitrailleur.

Arcadio resta seul à seul avec l’agent zollernois.


- Mmouiii, « stabiliser la région », c’est tout à fait notre objectif, je n’aurais su mieux dire.

« Stabiliser la région » mon cul, songea Arcadio Diaz. Après avoir écrasé l’insurrection monarchiste ici, en Belgravie, nous transformerons cette république en machine de guerre pour envahir les Eslagnes voisines et y apporter la démocratie. Je veux revoir les toits blancs de Cordilbao et la maison de mon père avant de mourir. Si en plus j’y reviens en generalissimo supremo, ça n’en sera que mieux. Une fois les Eslagnes converties à la démocratie à coup de baïonnette, nous pourrons faire notre jonction avec l’Alémanie qui est déjà à moitié merksiste. Quant à Boulkinov, je crois qu’il veut envahir la Palogne et l’utiliser comme tremplin pour débarquer en Petite-Russlavie. De monarchies réactionnaires et féodales, les Etats-vassaux deviendraient des républiques extrêmement agressives enserrant le vieux Saint-Empire d’Edoran comme un anneau de feu. Et la crise belgrave était l’étincelle qui allumerait cet incendie.

Alors ta stabilisation régionale, hein.

Mais bien évidemment, Arcadio ne pouvait dire cela à son interlocuteur.

Il offrit un sourire franc et sincère à ce dernier :


- Nous sommes sincèrement reconnaissants de votre aide, monsieur X. Ensemble, je suis sûr que nous pourrons, hem, « stabiliser la région » et obtenir euh… un « équilibre des forces », préalable à… une solution consensuelle respectueuse de toutes les parties.

Arcadio se fit soudain plus sérieux, venant à ce qui l’intéressait :

- Mais même si nous apprécions le concours inestimable de vos vastes talents, nous avons besoin d’autre chose que d’un homme, aussi arrogant et qualifié soit-il. Nous avons besoin d’armement lourd, monsieur X. Nous avons des stocks suffisants de fusils, de revolvers, de munitions, et même quelques dizaines de mitrailleuses, mais nous manquons de canons, de tanks, d’aéroplanes. L’armée belgrave n’en possède pratiquement pas, et une bonne partie de son arsenal est déjà tombé entre les mains des rebelles.

La république belgrave a un besoin urgent d’artillerie, de tanks et d’aviation, d’autant plus que, comme vous le savez certainement si vous êtes celui que vous prétendez, les rebelles seront certainement approvisionnés d’ici peu par toutes les monarchies voisines ; Eslagnes, Palogne, peut-être même Edoran lui-même.
La situation géographique de la Belgravie pose problème. Même si nous avions de l’argent pour en acheter, nous n’avons aucune certitude que le Saint-Empire laissera passer des convois de canons et de tanks à travers son territoire jusqu’à Fiumu.

Trouvez-nous un moyen d’obtenir de l’armement lourd, monsieur X, et vous aurez prouvé votre utilité.


Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Edorel Gatline le 21/5/2015, 2:30 pm

"Mon cher, je suis pas un marchand d'armes mais un conseiller militaire, c'est à dire que je dois faire avec les moyens du bord. Aussi, vue votre situation, et votre préparation plus que précaire, je pense qu'il est une option plus préférable à la confrontation direct que vous souhaitez. Les eslagnoles appellent ça la petite guerre, mais cette terminologie ne répond absolument pas à la description qu'on en attend. Aussi le terme de "guerre asymétrique" est plus juste car beaucoup plus explicite. Je suis là pour vous expliquer et vous montrer comment avec un bout de ficelle quelques morceaux de bois et un carton on peut faire très mal là ou on s'y attend le moins, et vous donner un avantage sur le long terme. Maintenant si vous estimez que mes compétences ne sont pas requises, je retourne sur mon coucou, je rentre au pays et je mettrai sur mon rapport "sujet peu coopératif". A vous de décider."
Edorel Gatline
Edorel Gatline
balbutieur

Nombre de messages : 39
Age : 28
Date d'inscription : 07/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Arcadio Diaz le 21/5/2015, 3:14 pm

- Là, là, ne vous vexez pas monsieur X.

Arcadio tendit sa main pour la poser sur celle de l’agent zollernois pour l’apaiser, mais il se ravisa. Monsieur X. n’avait pas l’air d’être du genre à apprécier le contact physique.

- Nous acceptons votre aide avec joie. Effectivement, recourir à la guérilla est une excellente idée…

« Partizanchtchina ! » s’exclama Boulkinov, qui quelques mètres plus loin venait enfin de faire comprendre à un groupe de paysans belgraves comment utiliser une mitrailleuse.

- … Une excellente idée, reprit Arcadio. Vous avez carte blanche pour organiser des bandes de partisans au sein de l’armée belgrave. Je suis sûr que le gouvernement belgrave, s’il existe encore, vous accueillera comme Khrestos ressuscité.

Arcadio ne pouvait s’empêcher d’être déçu par ce que lui proposait son interlocuteur. La guérilla, c’était accepter la défaite. Recourir à une guerre de partisans ennuierait certes profondément les rebelles monarchistes, et permettrait peut-être de plonger le pays dans l’insécurité pendant des années, mais, entretemps, la république belgrave aurait été conquise et le royaume de Romania pourrait se présenter comme la seule autorité effective, garant de la paix et de la stabilité dans la région.

Ce que ne semblait pas comprendre monsieur X, c’était que dans cette guerre civile comme dans n’importe quelle autre, l’intervention des Etats limitrophes était d’une importance cruciale, et que ces Etats, s’ils cherchaient la paix et la stabilité, soutenaient toujours celui qui semblait le plus fort, le plus sûr de l’emporter, peu importe qu’il soit à l’origine un rebelle ou le gouvernement établi.

Les rebelles monarchistes avaient sans doute espéré que, face à la faiblesse de la république belgrave, ils pourraient se positionner rapidement comme vainqueurs, et recueillir le soutien du Saint-Empire, en mettant celui-ci devant le fait accompli.

Or, la résistance des forces républicaines remettait en question ce dénouement.

Ce que monsieur X ne semblait pas comprendre, c’était que, pour survivre, la république belgrave devait maintenir le plus longtemps possible une apparence de force, et que celle-ci passait par le contrôle du plus de territoire possible, et par le contrôle de la capitale. C’était une stratégie qui impliquait l’occupation de territoire, la défense statique et la guerre de tranchées.

Une stratégie qui était aux antipodes de la partizanchtchina prônée par monsieur X.


- …Vous avez donc notre bénédiction pour organiser des bandes de guérilleros pour freiner l’avance des rebelles, si c’est ce que vous voulez. Mais vous ne soustrairez pas un seul homme aux Brigades intermicronationales. Nous avons besoin de toutes nos forces pour défendre la capitale. C’est à Sina que se jouera le destin de la république belgrave.

Arcadio porta un regard anxieux vers la ligne de chemin de fer toute proche qui s’étirait vers le sud-ouest en direction de Sina.

- Vous êtes le bienvenu parmi nous, monsieur X. Mais j’aurais tout de même préféré que vous veniez avec des canons de 75 et des chars d’assaut. Si votre gouvernement veut « stabiliser la région », voilà ce qu’il doit nous envoyer.
Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Des volontaires au secours de la Belgravie Empty Re: Des volontaires au secours de la Belgravie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum