Connexion

Récupérer mon mot de passe


L'offensive Kirill

Aller en bas

L'offensive Kirill Empty L'offensive Kirill

Message par Arcadio Diaz le 23/5/2015, 9:39 am

Ce fut dans les salons du palais présidentiel que la décision fut prise. A cette réunion extraordinaire était présents le président de la République, le Premier Ministre Petar Kirill, le commandant-en-chef Jozef Brankovar, ainsi que le Noordzeelandais Fop Terzake, promu "conseiller militaire", et l'Eslagnol Arcadio Diaz, venu en urgence de Fiumu par l'express de nuit.

Le Russlave Boulkinkov quant à lui était demeuré à Fiumu pour y poursuivre la formation et le recrutement des volontaires. La fermeture de la frontière edorano-belgrave avait fortement tari le flot de volontaires, mais des groupes épars arrivaient encore à Fiumu de temps à autre, soit qu'ils eussent parvenu à échapper au contrôle edoranais, soit qu'ils fussent venu par la Palogne, où la frontière était notablement plus poreuse. Boulkinov était également resté à Fiumu car, en cas de chute de Sina, Diaz et lui entendaient bien faire de la région nord-est une véritable satrapie républicaine dont ils seraient les maîtres absolus.

Le Premier Ministre Kirill était passé d'un pessimisme abject à un optimisme hystérique en quelques jours. Lui qui la veille encore sanglotait dans son bureau en parlant de se suicider, haranguait à présent ses généraux en plantant ses gros doigts boudinés sur la carte qui s'étalait devant eux:

- Attaquer, nous devons attaquer ! hurlait Kirill d'une voix hystérique. Les écraser maintenant, avant que l'insurrection se répande ! Chaque heure qui passe est une heure de perdue ! Le temps joue contre nous, car il permet aux monarchistes de recevoir le soutien des Eslagnols et de recruter plus d'hommes ! Sur combien d'hommes pouvons-nous compter, général Brankovar ?

- 35.000, monsieur, mais...


- C'est bien plus que notre adversaire ! Qu'attendons nous pour attaquer ? Allons-nous les laisser encercler Sina ? Ils sont déjà à Iulia !

- C'est que... voulu objecter Brankovar.

- Je ne veux pas entendre vos objections, coupa Kirill. Je vous ordonne de prendre les dispositions pour lancer une offensive pour briser l'avance des rebelles.

- Mais ce serait folie ! dit Arcadio Diaz d'une voix tendue, presque aigüe. J'ai vu vos soldats, monsieur ! Ils sont mal équipés, peu disciplinés, complètement démoralisés ! Ils sont peut-être capable de tenir leurs positions, mais certainement pas de passer à l'offensive ! Vous courez à la catastrophe ! Ce qu'il faut faire, c'est stabiliser le front !

- Ja, opina Fop Terzake. Sanctuariser les lignes actuelles pour permettre à l'armée de se construire à l'arrière.

- Resistir y fortificar es vencer ! cria Diaz qui s'oubliait tellement qu'il revenait à sa langue natale.

Le premier ministre Kirill pointa un doigt accusateur vers l'Eslagnol et aboya:

- Taisez-vous, monsieur ! Ne croyez-pas que j'ignore vos sombres menées ! Je sais que vous convoitez Fiumu pour vous-même ! Que vous cherchez à renverser la République à votre profit ! Que vous voulez instaurer une dictature militaire digne de Port-Banane ! Vous n'êtes rien d'autre qu'un étranger ici, monsieur ! La république belgrave, c'est moi !

Se tournant vers le général Brankovar:

- Général, je vous donne l'ordre formel de procéder à une offensive générale sur l'axe Sina-Iulia afin de briser l'encerclement qui menace la capitale et refouler les monarchistes vers le sud. Une fois Iulia libérée, vous avez ordre de poursuivre l'avance vers le sud pour libérer Carnella. Les Brigades Intermicronationales soutiendront cette offensive depuis Fiumu. La séance est levée.

Alors que les participants se levaient, le président de la république, un vieillard sénile du nom de Felguen, pris la parole pour la première fois de la réunion:

-A...attendez. Une offensive doit avoir un nom. Comment allons-nous appeler cette offensive qui sauvera la république ?

- Qu'on lui donne le nom de celui qui en porte la responsabilité, jeta Arcadio Diaz. Qu'on l'appelle 'offensive Kirill'.
Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'offensive Kirill Empty Re: L'offensive Kirill

Message par Felipe Sanchez le 28/5/2015, 1:56 am

Sorin Balasko, duc de Iulià, n'était pas un grand stratège militaire. En fait, ses allégeances allaient selon ses intérêts et étrangement, ses intérêts allaient toujours dans le sens des intérêts de son voisin du Carnella.

Aussi lorsque le duc Popescu de Carnella prêta allégeance au Ksar, le duc Balasko n'hésita pas non plus à se rallier. Après tout que pourraient faire les Républicains avec leur république amputée de la moitié de son territoire?


Aussi, quelle ne fut pas la surprise de l'état-major Iulien lorsque l'on annonça l'avancée de troupes vers le duché.


Apeuré, le duc ordonna le repli des forces armées vers Iulià, pour protéger cette dernière. L'armée du duc était composé de 5000 hommes. Faible nombre pour défendre tout le duché. Aussi, une missive fut envoyée à Carnella pour avoir un soutien militaire.
Felipe Sanchez
Felipe Sanchez
orateur débutant

Nombre de messages : 90
Age : 89
Date d'inscription : 10/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'offensive Kirill Empty Re: L'offensive Kirill

Message par Arcadio Diaz le 28/5/2015, 9:43 am

Dans ses premiers jours, l’offensive Kirill connu un certain succès. Les monarchistes ne s’attendaient pas à une attaque vers Ioulia, et les troupes républicaines, au nombre de 22.000 hommes, parvinrent à avancer sans rencontrer de réelle résistance vers le chef-lieu du duché, repoussant devant eux des milices monarchistes locales mal organisées.

De leur côté, les Brigades Intermicronationales, fortes à présent de 1.200 hommes, attaquèrent depuis Fiumu, progressant vers Ioulia depuis le nord-est.

Au soir du 28 mai 1925, le premier ministre Petar Kirill pouvait exulter : l’offensive qui portait son nom semblait sur la bonne voie. Il était à présent évident qu’il avait grossièrement surestimé les capacités militaires des monarchistes. Si tout allait bien, Ioulia serait à nouveau républicaine avant la fin de la semaine.

Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'offensive Kirill Empty Re: L'offensive Kirill

Message par Arcadio Diaz le 29/5/2015, 10:58 am

Le pari désespéré du gouvernement républicain semblait payer. Malgré leur sous-entrainement, malgré les difficultés d’approvisionnement et le manque d’armement lourd, les troupes républicaines poursuivaient leur avance, repoussant devant elles les milices monarchistes du duc d’Ioulia. Certes, aucune victoire décisive n’avait encore été remportée, car les monarchistes ne cessaient de reculer, mais la prise de Ioulia ne saurait tarder.

De leur côté, les Brigades Intermicronationales commandées par Arcadio Diaz s’étaient emparées de Ridjeka, la seconde ville du duché. Diaz avait immédiatement ordonné l’exécution sommaire de tous les propriétaires, des prêtres et du bourgmestre. Un décret avait été promulgué donnant la terre aux paysans. A travers toute la zone contrôlée par la République, les paysans sans terre se levaient à présent pour massacrer les nobles et se partager la terre.

Dans l’après-midi, les citoyens de Ioulia virent un aéroplane aux ailes frappées d’une cocarde rouge croiser dans le ciel au-dessus de leurs clochers. C’était l’un des trois appareils de la force aérienne belgrave.
Arcadio Diaz
Arcadio Diaz
Observateur

Nombre de messages : 14
Age : 36
Date d'inscription : 21/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'offensive Kirill Empty Re: L'offensive Kirill

Message par Felipe Sanchez le 1/6/2015, 10:01 pm

Tels des couards, plusieurs soldats, surtout des mercenaires, avaient fuit ou s'étaient ralliés aux républicains. Les troupes iuliennes encore présentes étaient maintenant retranchée dans la ville de Ioulia. 


Au loin la nuit, les gardes pouvaient voir les feux du campement républicain se rapprocher un peu plus chaque jour.


Conscient de sa fragilité, le duc décida d'ouvrir l'armurerie ducale pour armer la population. Un geste désespéré qui s'avérait maintenant nécessaire.


Une habile propagande faisait circuler dans les rues que si les républicins prenaient la ville, tous les hommes seraient massacrés, alors que les femmes seraient violés et les enfants réduit à l'état d'esclave.
Felipe Sanchez
Felipe Sanchez
orateur débutant

Nombre de messages : 90
Age : 89
Date d'inscription : 10/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'offensive Kirill Empty Re: L'offensive Kirill

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum