Derniers sujets
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Les Echos d'Edoran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Echos d'Edoran

Message par Georges Lefeyatte le 9/7/2016, 10:26 am

avatar
Georges Lefeyatte
balbutieur

Nombre de messages : 25
Age : 46
Date d'inscription : 06/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Echos d'Edoran

Message par Georges Lefeyatte le 9/7/2016, 10:43 am

Les Echos d'Edoran publiait, ce samedi 9 juillet 1926, leur premier numéro. Dans celui-ci, c'était l'éditorial qui était à retenir.


Editorial: Quand l'économie n'est pas la priorité du gouvernement
par Georges Lefeyatte, rédacteur en chef


Les dernières statistiques économiques parues pour le Saint-Empire d'Edoran, en mars 1926, sont éloquentes et dramatiques: le chômage, au sein de notre Nation, atteint le niveau catastrophique de 12.7%. Plus d'un dixième des forces vives du pays ne travaille pas, n'est utile pour personne, ne paye aucun impôt et grève la croissance d'Edoran. Il est indéniable qu'il s'agit là d'un drame national!

Chaque Edoranais est bien conscient de la gravité de la situation et de l'importance de mener une action solide et ferme pour ramener au travail ces millions d'inactifs. Pourtant, nulle action de quelque sorte que ce soit n'a été menée par les derniers gouvernements. Alors que le problème aurait dû être central, être un thème majeur de l'action gouvernementale, il n'y eut que le néant, comme si le fait que 12.7% de nos concitoyens se retrouvent sans emploi n'avait aucune espèce d'importance.

C'est pour dénoncer cette apathie, ainsi que le fait que le domaine économique est considéré que comme négligeable depuis des années, que ce journal a été crée. Car l'économie est centrale dans notre vie, car il est impensable que cela ne choque plus personne que 12.7% de nos concitoyens soient au chômage et car il faut absolument apporter un éclairage du point de vue économique sur la vie quotidienne des Edoranais.

Ainsi, j'ose poser la question! Qui, chez nos gouvernants, s'est posé la question de savoir si les récentes poussées anti-Edoranaises, que nous condamnons évidemment avec la plus grande fermeté, n'ont pas un lien avec la situation économique désastreuse du Saint-Empire?
Personne, visiblement, puisque la question n'a été traitée que d'un point de vue politico-politique! Personne, apparemment, puisque il n'y eut aucun lien entre le fait que 12.7% de notre population vit sans emploi et dans la pauvreté et cette poussée anti-Edoranaise, oeuvre de citoyens qui se sont fourvoyés et ont pensé, de façon totalement fausse, que cela leur amènerait des lendemains qui chantent.

Il est temps que cela change! Il est temps que la question économique soit remis au centre du tapis! Il est temps de rendre compte qu'imposer un salaire minimum, quand un dixième de la population est au chômage, est une aberration sans nom! Il est temps d'agir!
avatar
Georges Lefeyatte
balbutieur

Nombre de messages : 25
Age : 46
Date d'inscription : 06/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Echos d'Edoran

Message par Georges Lefeyatte le 12/7/2016, 9:38 am

Dans le 4ème numéro, un article qui n'allait pas manquer de faire réagir.

La vente par correspondance, le nouveau modèle de commerce à la recherche du moindre coût
par Raymond Frayset

L'annonce du lancement du Groupe Lefeyatte, première entreprise se lançant dans la vente par correspondance à Edoran, n'a pas manqué de faire réagir les milieux économiques du Saint-Empire. Ce modèle de commercialisation est une nouveauté dans notre pays et risque de rapidement bousculer le paysage de la vente aux particuliers.

Jusqu'à présent, le modèle du commerce de proximité était dominant à Edoran: les consommateurs se rendaient dans les magasins de proximité, les petites échoppes ou les nouvelles grandes surfaces crées par le Groupe Duceppe pour faire leurs achats. Il n'y avait pas d'autres solutions pour les Edoranais pour réaliser leurs achats.
Du côté des entreprises, cela implique de nombreuses contraintes: d'un côté, les petits magasins, qui, par leur taille, ne pouvaient offrir qu'une petite production et une petite gamme de produits; de l'autre, les grands magasins qui, s'ils pouvaient produire en grande quantité et offrir des gammes variaient, se heurtaient à deux écueils de taille, à savoir les coûts de construction ou de location de ces grandes surfaces commerciales, ainsi que la contrainte du transport des marchandises depuis les usines jusqu'aux points de vente, impliquant un coût de transport élevé ou l'achat d'une flotte de véhicules assurant le transport des marchandises.

Si jusque là ce modèle économique dominait, tout vient d'être chamboulé par le lancement de l'entreprise de vente par correspondance le Groupe Lefeyatte. Ce nouveau modèle de commerce à distance se base sur un principe simple: après avoir commandé le catalogue de la marque, les clients passent leurs commandes et sont livrés chez eux. Ainsi, ils n'ont plus besoin de se déplacer pour réaliser leurs achats, ce qui permet au Groupe Lefeyatte de toucher une clientèle bien plus nombreuse.
De surcroît, cela permet également de réaliser des économies substantielles pour une entreprise de ce type. Ainsi, il n'y a nulle besoin de magasins, de cohortes de personnel chargé de réaliser les ventes ou encore un coût de transport moindre, les colis étant livrés par la Poste Edoranaise.
C'est donc un modèle économique pouvant potentiellement avoir une cible de clientèle plus importante, tout en engendrant des coûts de fonctionnement moindres. Probablement un modèle d'avenir.

Selon nos sources, le catalogue du Groupe Lefeyatte a d'ailleurs déjà été commandé à plusieurs centaines d'exemplaires.

- Leurs sources...C'est l'bureau juste à côté...V'là l'éthique journalistique à deux balles...S'presque pire qu'Le P'tit Edoranais, quoi, devait se dire le quidam de base.
avatar
Georges Lefeyatte
balbutieur

Nombre de messages : 25
Age : 46
Date d'inscription : 06/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Echos d'Edoran

Message par Georges Lefeyatte le 17/7/2016, 11:53 am

Dans le 9ème numéro des Échos d'Edoran:


Reprise économique: les indicateurs tournent au vert?
par Raymond Frayset

Durant les derniers mois, l'économie Edoranaise tournait au ralenti. Commandes peu nombreuses, peu ou pas de créations d'entreprises et presque aucun nouveau projet d'investissement, tel était l'état de l'économie du Saint-Empire. Les experts promettaient, de fait, une perspective sombre pour l'avenir du pays qui, de l'avis de tous, ne pouvait faire face à ses problèmes sociaux et politiques si aucun redressement économique ne venait améliorer la situation.

Or, on peut constater que, depuis deux semaines, la situation semble évoluer. Entre la création de nouvelles entreprises, la découverte par la Principauté de Tchécoslovénie d'un important gisement charbonnier sur son sol et la proposition rapide de l'exploiter qui a été faite (D'aucuns sait que parfois, dans ces royaumes satellites, la prise de décision peut être très longue) ou encore la rénovation des établissements scolaires de la province d'Allancia, il est possible de constater une amélioration de la situation économique.
Les efforts conjugués des initiatives privées, permettant une reprise de la croissance; de l'exploitation de ressources inusitées jusque là et soutenant les avancées technologiques majeures que le Saint-Empire a connu ces dernières années; et de l'investissement public, notamment dans le système scolaire qui doit s'améliorer rapidement pour former les futures générations aux défis technologiques qui nous attendent, sont autant de perspectives de redressement de l'économie Edoranaise.

Se pose néanmoins la question de savoir si cela sera suffisant? Pour reprendre l'expression consacrée, si cela permettra que tous les "voyants économiques soient au vert"?
Il est sûrement encore trop tôt pour le dire. D'une part, cette timide reprise économique peut n'être qu'un feu de paille. D'autre part, ces nouvelles initiatives n'ont pour l'instant qu'un effet très limité sur les vrais problèmes structurels de l'économie de notre pays, que sont les chômage endémique et la pauvreté qui y est liée.
Cependant, il est possible de poser une première condition à ce que cette reprise soit durable: que cette relance économique perdure. Sans cela, ces deux semaines de riches activité économique n'auront aucun poids dans la balance.


Brèves
par Albert Feurd
- Le Ministère de l'Education nationale, de la Santé et de la Culture édoranaise vient enfin de renouveler ou donner, selon les établissements, les agréments aux structures d'enseignement de la Compagnie Sabrevoix. Selon certaines rumeurs, le long délai que cela a nécessité viendrait du fait que le fonctionnaire chargé d'inspecter l'Institut Technique Hôtelier Sabrevoix aurait eu une intoxication alimentaire en déjeunant sur place.
- Les plaintes des consommateurs se multiplient à propos des "Magasins à 1 Edo" du Groupe Duceppe. La qualité des produits laisserait à désirer. Un consommateur souhaitant rester anonyme nous a déclaré: "J'ai acheté des sous-vêtements là-bas et, dès que je les ai mis, j'ai senti des brûlures insoutenables". Un autre: "C'est devenu infernal: ma femme achète notre vaisselle là-bas, mais elle ne peut même pas me l'envoyer à la figure comme elle le fait d'habitude. Ça se casse tout de suite! J'aimerais un remboursement, parce que ma femme est désespérée de ne pas pouvoir me faire mal correctement lors de nos disputes conjugales". Affaire à suivre...
avatar
Georges Lefeyatte
balbutieur

Nombre de messages : 25
Age : 46
Date d'inscription : 06/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Echos d'Edoran

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum