Connexion

Récupérer mon mot de passe


Funérailles de Philippe Ier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Funérailles de Philippe Ier

Message par Charles de Hauteville le 21/10/2017, 1:21 am

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Cathédrale Ethériste d'Allancia était bondée. Les dignitaires étrangers, les membres du gouvernement et de la Diète, les gouverneurs, les membres de la Chambre des Pairs, les familles régnantes vassales et la famille impériale étaient installés à l'intérieur.

Le cercueil ouvert du souverain trônait, au centre du choeur.

Derrière l'autel se trouvait Léonce, le Camerlingue de la Sainte-Eglise Ethériste. En effet, le Patriarche était souffrant, et l'Eglise était maintenant diriger par le Camerlingue qui avait donc ce jour la charge de prononcer l'oraison funèbre de Philippe Ier.


Au moment que j’ouvre la bouche pour célébrer la gloire immortelle de Philippe de Tarceau, Empereur d'Edoran, je me sens également confondu, et par la grandeur du sujet, et, s’il m’est permis de l’avouer, par l’inutilité du travail.
Quelle partie du micromonde habitable n’a pas ouï les victoires du Souverain, et les merveilles de sa vie ?

On les raconte partout : l'Edoranais qui les vante n’apprend rien à l’étranger ; et, quoi que je puisse aujourd’hui vous en rapporter, toujours prévenu par vos pensées j’aurai encore à répondre au secret reproche que vous me ferez d’être demeuré beaucoup au-dessous. Nous ne pouvons rien, faibles orateurs, pour la gloire des âmes extraordinaires : le Sage a raison de dire que leurs seules actions les peuvent louer ; toute autre louange languit auprès des grands noms ; et la seule simplicité d’un récit fidèle pourrait soutenir la gloire de l'Empereur d'Edoran.

Mais en attendant que l’histoire, qui doit ce récit aux siècles futurs, le fasse paraître, il faut satisfaire comme nous pourrons à la reconnaissance publique et aux ordres du plus grand de tous les souverains. Que ne doit point l'Empire à un empereur qui a honoré la maison d'Edoran, tout le nom édoranais, son siècle, et pour ainsi dire l’humanité tout entière ? Philippe le Juste est entré lui-même dans ces sentiments. Après avoir pleuré ce grand homme et lui avoir donné par ses larmes, au milieu de toute sa cour, le plus glorieux éloge qu’il pût recevoir, il assemble dans un temple si célèbre ce que son empire a de plus auguste pour y rendre des devoirs publics à la mémoire de ce prince ; et il veut que ma faible voix anime toutes ces tristes représentations et tout cet appareil funèbre.

Faisons donc cet effort sur notre douleur. Ici un plus grand objet, et plus digne de cette chaire, se présente à ma pensée. C’est Ether qui fait les guerriers et les conquérants. S’il inspire le courage, il ne donne pas moins les autres grandes qualités naturelles et surnaturelles, et du cœur et de l’esprit. Tout part de sa puissante main : c’est lui qui envoie du ciel les généreux sentiments, les sages conseils, et toutes les bonnes pensées ; mais il veut que nous sachions distinguer entre les dons qu’il abandonne à ses ennemis et ceux qu’il réserve à ses serviteurs. Ce qui distingue ses amis d’avec tous les autres, c’est la piété ; jusqu’à ce qu’on ait reçu ce don du ciel, tous les autres non seulement ne sont rien, mais encore tournent en ruine à ceux qui en sont ornés. Sans ce don inestimable de la piété, que serait-ce que l'Empereur d'Edoran avec tout ce grand cœur et ce grand génie !

Non, Mes Frères, si la piété n’avait comme consacré ses autres vertus, ni ces princes ne trouveraient aucun adoucissement à leur douleur, ni ce religieux pontife aucune confiance dans ses prières, ni moi-même aucun soutien aux louanges que je dois à un si grand homme. Poussons donc à bout la gloire humaine par cet exemple ; détruisons l’idole des ambitieux ; qu’elle tombe anéantie devant ces autels. Mettons ensemble aujourd’hui, car nous le pouvons dans un si noble sujet, toutes les plus belles qualités d’une excellente nature ; et, à la gloire de la vérité, montrons dans un prince admiré de tout l’univers que ce qui fait les héros, ce qui porte la gloire du monde jusqu’au comble, valeur, magnanimité, bonté naturelle, voilà pour le cœur ; vivacité, pénétration, grandeur et sublimité de génie, voilà pour l’esprit, ne seraient qu’une illusion si la piété ne s’y était jointe ; et enfin que la piété est le tout de l’homme.

C’est, Messieurs, ce que vous verrez dans la vie éternellement mémorable de Très haut et Très puissant Philippe de Traceau, Empereur d'Edoran.

_________________
Général d'Armée Charles de Hauteville

Chancelier Impérial

Feld-Maréchal du Saint-Empire


Député (PI) de Prévost (Fransie)
avatar
Charles de Hauteville
Grand Orateur

Nombre de messages : 1213
Age : 47
Date d'inscription : 09/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Ambassade avaroise le 21/10/2017, 2:45 am

Le baron, en tenue austère de circonstance, se joignit à la cohorte de délégations étrangères venues rendre hommage au souverain édoranais disparu. Homme lettré comme tout avarois de sa condition, il avait parcouru la veille quelques traités sur l’Ethérisme afin de mieux comprendre la gestuelle et les symboles de cette religion septentrionale. L’oraison lui parut marquante et pleine de dignité. Lorsque le Camerlingue se tut, Jules pensa aux années de règne du monarque honoré, sauveur de centaines de familles fuyant le sabre turcose. Si l’au-delà du culte d’Éther existait bel et bien, alors Philippe Ier s’y trouvait assurément au milieu des bonnes âmes.
avatar
Ambassade avaroise
Observateur

Nombre de messages : 7
Age : 199
Localisation : Allancia
Date d'inscription : 06/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Représentant Mézène le 21/10/2017, 8:03 am

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Faÿkan Pathyne, Prince-héritier des États Fédérés, assistait aux obsèques de Philippe 1er, l'empereur édoranais. Anne-May Chartrin, Ministre des Affaires étrangères, l'avait rejoint.

Charles-Antoine, le successeur de l'empereur édoranais, serait couronné dans peu de temps et Faÿkan devait également y assister.

Il soupira. Le discours du camerlingue s'étirait en longueur et on eût dit qu'il n'en finirait jamais. En comparaison, même la cérémonie d'ouverture des JMO de Micropolia lui avait paru plus passionnante. Par distraction, il jeta un oeil à Anne-May qui se tenait à côté de lui et ne manqua pas de remarquer son décolleté plongeant. La jeune femme avait eu de l'audace de se présenter ainsi vêtue mais il n'allait s'offusquer pour cela, bien au contraire. En tant que Prince de sang royal, il avait à sa disposition de nombreuses concubines officielles qui chaque soir se seraient battues pour obtenir ses faveurs, mais il lui arrivait d'avoir d'autres aventures en dehors de son harem. Il allait sans aucun doute tenter sa chance avec la ministre, dès que l'occasion se présenterait. Bien peu de femmes lui résistaient.

Ce ne fut guère une surprise, les obsèques de Philippe 1er lui firent penser à d'autres obsèques, qu'il espérait voir arriver au plus vite : celles de son propre père. Avec Hasimir Ferhig, son ami d'enfance et plus proche conseiller, ils avaient comploté afin de donner un petit coup de pouce au destin. "Le meilleur régime politique est la monarchie absolue tempérée par l'assassinat"
(1), avait dit un célèbre écrivain mézène. Une capsule introduite par Ferhig dans le cerveau de Paul Pathyne diffusait des doses infinitésimales de poison, le n'kee, à chaque fois que le souverain mézène buvait sa boisson favorite, le vin pétillant de Cardolane. En apparence, la santé du Prince-Padishah déclinait lentement, mais ça n'était pas assez rapide pour Faÿkan. Hasimir lui avait dit que cela prendrait 6 à 8 mois, peut-être même une année entière, pour ne pas éveiller les soupçons.

Il se tourna de nouveau vers Anne-May et son décolleté. Aussitôt des images vinrent dans son esprit et il s'efforça de les chasser. Mais pas tout de suite...




(1) : Phrase de Stendhal.
avatar
Représentant Mézène
Observateur

Nombre de messages : 16
Age : 59
Date d'inscription : 07/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Diplomatie Francovare le 21/10/2017, 5:30 pm

Archimède Parmentier le Gouverneur de Francovie detestait ces cérémonies religieuses.
Autant il appréciait particulièrement les cérémonies politiques telles certainement le couronnement à suivre autant il n'appréciait pas du tout les obsèques qui lui rappelaient ses nombreuses tragédies dans sa vie.


Diplomate il salua dignement la famille impériale tout en restant ensuite en retrait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Il pensa à son unique rencontre avec le défunt à Talamanca lors de la célèbre conférence de fondation de l'ONA début 2015. 
L'Empereur Philippe paraissait gentil mais terriblement dominé voir manipulé par ses proches.
Certains disaient que l'Empereur régnait mais que l'Armée gouvernait et que le Gouvernement lui ne faisait qu’administrer. 


Réalité ou non Philippe était plutot une figure assez appréciée dans le Micromonde peut etre par sa célébrité sauf bien entendu du coté des merksistes. 
Difficile de faire un bilan de son règne, Edoran avait atteint une assez grande influence avant de commencer à perdre son leadership sur le continent nord suite à la flémingite et aux actions de Muller qui voulait détruire la Grande Alliance. 


Parmentier se demandait si objectivement les édoranais le mettront au Panthéon des plus grands Empereurs de l'Histoire du pays.
Il se demanda également si le décès de l'Empereur ne ferait que renforcer l'influence du Feld-Marechal Hauteville dont la nouvelle doctrine promettait une relation bien plus forte entre Micropolia et Allancia.


Il se fera surement un avis après le couronnement.  

Diplomatie Francovare
balbutieur

Nombre de messages : 39
Age : 23
Date d'inscription : 02/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Charles de Hauteville le 22/10/2017, 4:41 pm

Spoiler:
j'ai été occupé, j'essaye de finir les funérailles et le couronnement ce soir ou demain

_________________
Général d'Armée Charles de Hauteville

Chancelier Impérial

Feld-Maréchal du Saint-Empire


Député (PI) de Prévost (Fransie)
avatar
Charles de Hauteville
Grand Orateur

Nombre de messages : 1213
Age : 47
Date d'inscription : 09/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Charles de Hauteville le 23/10/2017, 12:42 am

Après la cérémonie religieuse, un détachement de la Garde Impériale porta le cercueil impérial jusqu'à l'extérieur de la Cathédrale.

Là un véhicule militaire attendait et le cercueil fut chargé à l'arrière. Le bataillon équestre de la Garde Impériale entourait le véhicule.

Le cortège s'élança en direction de Villeroy, bourgade du Royaume de Fransie, en bordure du Grand-Duché d'Allancia.

_________________
Général d'Armée Charles de Hauteville

Chancelier Impérial

Feld-Maréchal du Saint-Empire


Député (PI) de Prévost (Fransie)
avatar
Charles de Hauteville
Grand Orateur

Nombre de messages : 1213
Age : 47
Date d'inscription : 09/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Représentant Mézène le 23/10/2017, 7:24 am

Faÿkan Pathyne : Une cérémonie très digne, ne trouvez-vous pas, mademoiselle Chartrin ?

Anne-May Chartrin : Oui, en effet, Sire. Je me demandais, vous pensez qu'ils ont prévu un vin d'honneur ?

Faÿkan Pathyne : Un... ahem... un vin d'honneur ? Je l'ignore, c'est... Me permettez-vous de vous tenir compagnie ?

Anne-May Chartrin : Ce sera un réel plaisir, Sire.
avatar
Représentant Mézène
Observateur

Nombre de messages : 16
Age : 59
Date d'inscription : 07/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Skotinos le 23/10/2017, 2:30 pm

Silas Gorgonides, chargé de représenté le Conseil Provisoire de Transition skotinec aux obsèques de l'Empereur Phillipe, s'ennuyait et tentait de réprimer au mieux ses envies de bailler. Il n'aimait guère ces cérémonies empesés des régimes monarchiques et se disait qu'il aurait préféré rester au Skotinos pour assister à la finale du concours Microvision. Mais le président Spyros avait insisté pour qu'il se rende à Allancia avec une mission un peu délicate : annoncer au nouvel empereur que le Skotinos n'avait plus besoin de protecteurs extérieurs et qu'il ne souhaitait plus de bases militaires étrangères sur son territoire, autrement dit qu'il souhaitait fermer la base militaire édoranne d'Alatti.

Il se demandait toutefois s'il allait pouvoir tenir jusqu'au couronnement car, du côté de Facilitae, l'abscence simultanée du président Spyros - actuellement à Maskva pour le sommet de la LEM - et du ministre des affaires étrangères commençait à poser problème, plusieurs dignitaires étrangers étant arrivés au cours des dernières heures en provenance des îles du sud (Londanon, Gallice) et demandant à être reçus.

Skotinos
Observateur

Nombre de messages : 15
Age : 50
Date d'inscription : 15/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Philippe Ier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum